Portfolio en Blog van Henk Oldenziel

Crossmedia en 2.0 journalist met expertise in Nederlandse, Engelse, Franse en Italiaanse producties.

2 jan 2012

La Spengler, ce promoteur du hockey suisse

Des supporters de clubs différents qui se mélangent pendant les matches, les bières et les pièces d’argent pour les acheter qui passent dans de mains inconnus avant d’arriver à destination, une ambiance cordiale: La Coupe Spengler n’a pas son égal en Suisse. Et cela fait des jaloux.

Chaque année, le HC Davos encaisse trois millions de Francs grâce au plus ancien tournoi de hockey sur glace d’Europe. La ligue nationale A fait une pause pour les bienfaits de cette compétition amicale. Mais les contrats, notamment télévisuels, arrivent à leur terme et il n’est pas sûr du tout que les ententes entre le HCD, la SSR et la Ligue Nationale soient prolongées. Histoire de gros sous, évidemment.

En Suède, des matches entre Noel et nouvel-an génèrent entre 10% et 13% d’entrées supplémentaires pour les clubs. Un chiffre – si elle vaut pour la Suisse – non négligeable, ce même si ces bénéfices sont tributaires des affiches proposées. Un derby romand, bernois ou zurichois attire plus de monde qu’un Fribourg – Langnau ou Bienne – Ambri. Et l’on parle ici de deux matches par équipe sur la cinquantaine d’une saison régulière qui voit régulièrement ses journées disputées le dimanche après-midi en plus du vendredi ou samedi soir.

Et même, le retour des matches de ligue nationale A pendant les fêtes doit-il aller au détriment de la Coupe Spengler? Pas forcement. Le HC Davos – qui veut commercialiser lui-même les droits de son tournoi – peut parfaitement jouer ses deux matches ‘manqués’ à un autre moment de la saison. Mieux: puisqu’une deuxième équipe helvétique monte à Davos pendant les fêtes, pourquoi ne pas les faire jouer l’un contre l’autre, comme c’était le cas entre deux équipes de KHL en 2010 ?

Certes, envoyer des renforts – voire une equipe – à la Spengler constitue un risque pour le club: personne ne veut avoir un joueur blessé ou fatigué à son retour de la station grisonne. Pourtant, la Coupe Spengler est également l’occasion pour ces joueurs de d’augmenter leur valeur marchande – Reto Berra, Robbie Earl – et pour les clubs de faire leurs emplettes. Comme le disait le joueur davosien Sandro Rizzi à l’issue de la finale, la victoire du HC Davos, même moins renforcée que d’habitude, constitue en soi déjà une excellente vitrine pour le hockey sur glace helvétique. Pour le spectacle sur la glace ou dans les gradins.

Plaats een reactie

Je e-mail wordt nooit getoond. Verplichte velden zijn gemarkeerd *

*
*